TÉLÉCHARGER ATLAS DE PATHOLOGIE THORACIQUE


Atlas de pathologie thoracique DVD incluant prés de photos écrit par Daniel ANTHOINE, éditeur SPRINGER,, livre neuf année , isbn. Telecharger Atlas de pathologie thoracique gratuitement, Atlas de pathologie thoracique sur uptobox, Atlas de pathologie thoracique sur. Noté /5: Achetez Atlas de pathologie thoracique de Daniel Anthoine, Classement des meilleures ventes d'Amazon: en Livres (Voir les

Nom: ATLAS DE PATHOLOGIE THORACIQUE
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Libre!
Système d’exploitation: iOS. Windows XP/7/10. MacOS. Android.
Taille:40.57 MB

TÉLÉCHARGER ATLAS DE PATHOLOGIE THORACIQUE

La résolution du problème topographique. La pénétration. Le centrage. Les bords internes des 2 clavicules doivent être équidistants par rapport à la ligne des apophyses des épineuses. Un cliché asymétrique génère des pseudo déviation de la trachée , pseudo élargissement du médiastin et du hile pulmonaire. Un cliché peu pénétré : opacité diffuse sur les deux poumons : verre dépoli??

Arc antérieur 30 Dégagement des omoplates 1 Projection des 2 omoplates en dehors des 2 plages pulmonaires. Omoplates mal dégagés masquent des opacités pathologiques.

La poche à air gastrique : coté gauche. La coupole diaphragmatique droite est plus élevé foie par rapport à celle gauche. Le hile gauche est haut situé par rapport au hile droit.

Samankaltaisia e-kirjoja

Parties molles éxtra-thoraciques. Suivre les contours de la plèvre et ses lignes de réflexion 37 Ombre cardio-médiastinale Analyse du contenu Champs pulmonaires.

Miliaire radiologique. Opacité ronde intra parenchymateuse…etc. Image pleurale ou pariétale : Hémithorax. Cliché de profil : opacité ronde antérieure 50 6- Limites et contours 1 Opacité mal limitée ; floue :on ne parle plus de contours. Opacité bien limitée : Contours réguliers. Contours irréguliers. L étudiant, le médecin généraliste, le radiologue, et surtout le pneumologue, tous y trouveront un guide précieux, simple et accessible.

Sa rigueur pugnace, sa bonhomie, sa pédagogie inspirée se retrouvent dans cet ouvrage qui se situe dans la catégorie des livres qui disparaissent rapidement des bibliothèques des services hospitaliers. Nous lui prédisons cette rançon du succès.

La radiographie thoracique est une page d écriture qu il est indispensable de savoir lire. De l image au discours et du discours à la décision, le parcours se fait entre deux écueils majeurs : à bâbord, le récif du symbole et à tribord celui de l inféodation du signe radiologique à la clinique.

Le récif du symbole d abord : Une image radiographique n y possède qu une seule signification. Le signifiant n y compte qu un signifié. Le signe radiologique est ici haussé au niveau mystique, mais sur un Olympe où souvent les dieux doivent se courber devant une indiscutable évidence clinique, biologique, anatomopathologique.

Toutes les images rondes opaques thoraciques ne sont pas pulmonaires, ne sont pas forcément néoplasiques ; toutes les cavités pulmonaires ne sont pas des cavernes tuberculeuses. L écueil tribord est, a contrario, d inféoder le signe radiologique à la clinique et aux autres examens complémentaires, au lieu de l y intégrer. Il est prudent de naviguer à égale distance de ces deux écueils.

L écriture radiographique n est pas une écriture symbolique. La grammaire de l image permet de saisir des structures, des règles de lecture, des niveaux de valeur dans le domaine de la spécificité, de la sensibilité et de l efficacité.

Atlas de pathologie thoracique + DVD

Le langage de l image amène par la dialectique à l intégration des autres informations et à la décision finale. Le clinicien du temps de Bichat, à l heure des corrélations anatomocliniques, voyait dans la mort l explication de la vie et de la maladie. Les bases techniques de cette autopsie in vivo sont d abord constituées par les règles de la formation de l image. Ces règles, éléments indispensables de la pédagogie de l image et faisant partie intégrante de sa grammaire, peuvent être vaguement connues de façon intuitive à l usage, comme la plupart des Français connaissent la grammaire française, mais leur connaissance première est indispensable.

Le technicien doit connaître l écriture radiologique : les densités, les bords, les formes, la topographie, la dynamique de l image dans l espace et dans le temps.

Il doit apprécier la valeur des absences, des silences, celle du signe négatif égale à celle du signe positif. Enfin, la radiographie normale, dans un contexte clinique pathologique précis devient un argument de valeur en faveur, par exemple, d une embolie pulmonaire. La radiographie normale ne permet aucunement d éliminer un cancer des grosses bronches ou un syndrome interstitiel intralobulaire. Le langage radiographique est aussi un langage physiologique, physiopathologique, une identité fonctionnelle.

Un médecin généraliste du XXI e siècle doit connaître la séméiologie radiographique thoracique au même titre que les autres séméiologies clinique et biologique. Le cliché thoracique, tout comme la prise de la tension artérielle ou l électrocardiogramme, ont pris la place laissée, hélas, en partie vacante par le stéthoscope, cher à notre maître à tous Laënnec.

Il n existe pas de diagnostic étiologique radiographique mais des informations anatomopathologiques, dont on doit connaître les limites et la valeur et qui ne peuvent être exploitées qu une fois intégrées aux autres informations cliniques et paracliniques. Ainsi, la décision sera-t-elle prise dans une fourchette d incertitude réduite au raisonnable.

La radiographie thoracique, maintenant numérisée, qui allie un faible coût financier et un faible coût radique à une haute valeur informative, doit rester encore pendant de nombreuses années une base stratégique permettant d orienter le patient vers d autres imageries médicales : scannographies, résonance magnétique ou échographie si nécessaire. J en remercie chaudement les éditions Springer qui ont osé prendre ce risque! C est un document habituellement de grande valeur informative. Malheureusement, son interprétation étiologique, d emblée synthétique, est encore trop souvent liée à un empirisme intuitif très latin.

Elle doit faire place, à notre avis, à une rigueur analytique beaucoup plus grande : c est pourquoi est née, à la suite des travaux des écoles radiopneumologiques anglo-saxonnes Heitzmann, Felson, Simon, Fraser et Paré , une nouvelle approche plus morphologique du cliché thoracique standard, se fondant sur les corrélations radioanatomiques et radiophysiologiques.

Cette analyse doit établir une correspondance directe, aussi exacte que possible, entre l image radiologique observée et la réalité anatomopathologique ou physiopathologique sous-jacente. Cette façon de procéder dans l exploration de l invisible permet sans nul doute une meilleure approche des phénomènes lésionnels et, partant, un meilleur diagnostic étiologique, celui-ci découlant secondairement et logiquement de la caractérisation du compartiment respiratoire atteint.

Bien évidemment, les corrélations radiochronologiques et surtout radiocliniques conservent toute leur importance et leur signification.

Anthoine, Daniel

Actuellement, toute exploration radiologique du thorax se limitera, en fait et en pratique, à deux séries d examens : le cliché thoracique de face et de profil gauche de préférence et l examen tomodensitométrique. L objectif de cet atlas d imagerie est de familiariser les étudiants en médecine, les médecins, mais aussi les internistes, les radiologues, et principalement les pneumologues avec les images radiologiques les plus typiques de la pathologie respiratoire.

Je voudrais ici remercier en tout premier lieu mon collègue et regretté ami Pierre Bernadac, hélas trop tôt disparu, au contact duquel j ai beaucoup appris en matière d imagerie thoracique moderne.

Mes remerciements vont ensuite à mon collègue, le Professeur Kohler, directeur du laboratoire d informatique de la faculté de médecine SPI-EAO et à ses jeunes collaborateurs pour toute l aide qu ils m ont apportée dans la numérisation de certaines images que contient ce DVD.

Leur travail a été en tout point remarquable. Il me faut également remercier très vivement tous les collègues qui m ont fourni un certain nombre de documents radiologiques qui n étaient pas en ma possession, notamment le Professeur Régent, chef du service de radiologie de l hôpital de Brabois au CHU de Nancy et ses élèves, organisateur des séminaires de Pneumo-Radiologie du Collège lorrain de Pathologie Respiratoire.

Nombre total de pages vues

L essentiel de ce travail à été réalisé à l aide de mes documents personnels, représentant cinquante années d archivage. Daniel Anthoine 10 Iconographie Remerciements La majeure partie des images de ce volume provient des collections personnelles de mon ami P.

Bernadac, et de moi-même 50 ans d archivage. Néanmoins j ai le grand plaisir de remercier chaleureusement tous les collègues et confrères qui m ont gentiment adressé certaines images qui me manquaient pour compléter cet ouvrage. Le Professeur D. Régent et ses collaborateurs, notamment M lle C. Barbary, du service de radiologie du CHU de Brabois. Le Professeur P. Olivier du service des isotopes du CHU de Brabois.

Le Professeur J. Dalphin, chef du service de pneumologie du CHU de Besançon. Le Professeur B. Foliguet de Nancy qui a réalisé toutes les coupes en microscopie électronique.

Le Docteur F. Vaylet, chef du service de pneumologie de l hôpital des armées Percy à Clamart Le Docteur O.

Mainard, praticien hospitalier au service de pneumologie du CHU de Brabois.